Açores : Graciosa en 3 jours, notre voyage raconté jour par jour (2/6)

Nous avons donc quitté notre ami Emídio que nous avons rencontré durant nos 5 jours passés à Terceira. Mais notre histoire avec la famille Dutra n’est pas finie !

Açores 2018 : 

  1. Terceira en 5 jours
  2. Graciosa en 3 jours
  3. São Jorge en 5 jours
  4. Pico en 3 jours
  5. Faial en 4 jours
  6. São Miguel en 7 jours

[Jour 1 – Graciosa – Açores 2018]

Ça y est. Après 3 heures de bateau, nous sommes enfin arrivés à Graciosa. Nous séjournons ainsi sur la seconde île la moins peuplée des Açores, avec seulement 4 400 habitants. Sur les dernières décennies, l’île en a perdu beaucoup, et l’émigration continue toujours aujourd’hui. En 1950, ils étaient presque 10 000.

Nous sortons à peine du port que nous apercevons déjà Gina et sa mère, comme convenu avec Emídio ! Toutes deux nous accueillent comme si nous étions leurs propres enfants. Cette famille est vraiment formidable ! Et comme si ce n’était pas assez, Gina nous emmène directement au sommet de Santa Cruz da Graciosa, le plus grand village de l’île avec… 1 800 habitants. De là-haut, nous profitons d’une vue imprenable. Après cette petite virée, elle nous ramène chez notre hôte Airbnb.

Durant notre séjour, nous serons hébergés par João Carlos, dans sa maison même. Nous profitons simplement d’une chambre, et de toutes les autres pièces que nous partagerons. Nous discutons avec lui, et en apprenons sur son histoire quelque peu compliquée…

João Carlos est un enseignant portugais de Porto. En ce début d’année, il a souhaité changer d’air, et il a donc décidé de partir enseigner aux Açores, loin de l’agitation de Porto. Pour ce faire, il faut passer un certain concours, avec comme résultat final, l’attribution au hasard d’une île. Le gouvernement a décidé d’adopter ce système, pour une raison simple : personne ne veut aller vivre à Graciosa ou à Corvo par exemple, qui sont des îles coupées du monde. Au contraire de Terceira ou de São Miguel qui sont plébiscité par beaucoup de monde. Notre hôte s’est donc vu attribué Graciosa. S’il refuse, il ne pourra plus repasser ce concours pendant 3 ans.

Aujourd’hui, il mène donc une vie pas toujours facile. Il ne s’entend pas avec ses collègues, n’a pas vraiment d’amis, et forcément, passer d’une ville aussi dynamique que Porto à Graciosa, ça fait un choc. Ainsi, pour combler la solitude, il invite des personnes à occuper cette chambre de son logement, comme nous ! Ça lui fait donc chaud au cœur que l’on soit là, et nous aussi ça nous fait plaisir de lui tenir compagnie. 😊

João Carlos nous invite fièrement à faire un tour de Santa Cruz. Puis, nous profitons encore du soleil pour nous baigner dans l’océan. Il est vrai que nous sommes bien seuls ici. Nous n’avons pas croisé de touristes, seulement quelques locaux. Ça fait bizarre !

La journée se fini par un repas concocté par notre hôte, où nous profitons pour faire connaissance, échanger et partager.

[Jour 2 – Graciosa – Açores 2018]

Allez, c’est parti, partons à la découverte de Graciosa !

Il n’y a pas grand-chose à faire, donc le choix sera vite fait ! Nous partons sur une matinée détente, avec les thermes réputés de Carapacho. Mais ça se mérite, alors en route pour de l’auto-stop !

Sincèrement, nous nous attendions à quelque chose de pas mal grand. Mais une fois arrivés sur place, que ne fut pas notre surprise ! En réalité, les thermes de Carapacho, c’est un petit bassin et deux salles de massage. D’un côté, il est vrai que pour 4 400 habitants, ça devrait suffire !

L’entrée de 3€ nous permet donc d’accéder au super bassin chaud pendant 30 minutes ! Le lieu est très propre et très moderne, il n’a rien à envier ! Nous avons passé un très bon moment, l’endroit est relaxant et nous méritions bien ça après tant de journées de marche. 😉

Il est maintenant l’heure de manger. Le petit bourg de Carapacho offre… 1 restaurant. Nous n’avons pas le choix, alors hop, on y va !

Après avoir dégusté de merveilleuses saucisses faites maison, nous poursuivons notre route en direction de Luz, et nous marchons un certain temps avant de croiser la première voiture sur la route. Il s’arrête sans hésiter, et accepte de nous conduire jusqu’au prochain bourg. Notre chauffeur est un jeune canadien, venu passer les vacances chez ses parents. 🙂

Les panneaux de randonnées officiels de l'office du tourisme des Açores. On en trouve un peu partout !
Les panneaux de randonnées officiels de l’office du tourisme des Açores. On en trouve un peu partout !

De là, nous commençons une promenade en direction du port de Baía da Folga. Ce lieu est très prisé des pêcheurs, en témoigne le petit restaurant, qui selon notre hôte, propose les meilleurs poissons et fruits de mer de l’île ! Aucun doute possible sur la fraîcheur de ce qui est servi.

À droite, on aperçoit un bout du port de Baia da Folga.
À droite, on aperçoit un bout du port de Baia da Folga.

Le chemin que nous empruntons traverse vignes et habitations totalement abandonnées. Ces dernières ont été altéré par la météo (et par des casseurs aussi), et la végétation s’y est installée. Un endroit intriguant, où règne le silence. Cela en devient fascinant ! Je vous en ai parlé précédemment de l’émigration à Graciosa. En voilà la preuve.

Paysage viticole typique des Açores, avec ces murs de pierres permettant de protéger les plantation du vent.
Paysage viticole typique des Açores, avec ces murs de pierres permettant de protéger les plantation du vent.

Nous voyons bien que Graciosa nous invite au calme, à la détente, à la réflexion… Ici, on vit lentement, et on en profite ! Certains voyageurs trouveront que d’autres îles sont déjà très calmes. Alors qu’est ce qu’ils diraient s’ils se retrouvent à Graciosa ? 😉

[Jour 3 – Graciosa – Açores 2018]

Pour cette nouvelle journée, nous nous devons d’aller voir la superbe Caldeira de Graciosa !

Pour information, caldeira est un terme portugais désignant le cratère d’un volcan précédemment entré en éruption. Il en résulte un important affaissement en son centre dû à sa chambre magmatique qui s’est vidée. Le paysage en devient singulier, l’intérieur est vaste et comme coupé de l’île, entouré de ses montagnes circulaires. Chaque île aux Açores possède au moins une caldeira. Pourquoi ? Parce que ce sont des îles volcaniques pardi !

Mais nous irons là-bas cette après-midi. Ce matin, nous partons faire un petit tour sur la côte Est de l’île. Nous sommes notamment passé par le site remarquable de Porto Afonso. Je ne peux m’empêcher de reprendre les phrases telles quelles de Wikipédia tellement elles sont bien écrites :

« Porto Afonso se présente comme un lieu géologique étonnant, avec de hautes falaises, calcinés par la fureur des volcans où les différentes couches géologiques constructives de l’île peuvent être appréciées dans leur splendeur. Les couleurs vont du gris au rouge. »

Les falaises impressionnantes de Porto Afonso.
Les falaises impressionnantes de Porto Afonso.

« Des grottes naturelles se sont formées à certains endroits. Elles ont ensuite été agrandies par l’homme et utilisées comme abris pour les bateaux de pêche et les équipements liés à cette activité. »

Les grottes creusées pour y loger des bateaux de pêche.
Les grottes creusées pour y loger des bateaux de pêche.

« Cet endroit est l’un des sites côtiers les plus extraordinaires de l’île de Graciosa. Le mélange sauvage entre la mer et la roche volcanique calcinée sculptée sur la falaise par le vent, l’eau et les Hommes, confère au paysage une agression stupéfiante qui n’est nulle part ailleurs sur l’île. »

Voilà les précisions sur ce lieu unique et magique. 😊 Enfin, nous sommes bien seuls ici en ce dimanche matin. Nous croisons juste quelques pêcheurs. Eh bien justement, nous interpellons l’un d’entre eux qui a fini sa pêche matinale. Il se propose de nous ramener à Santa Cruz. Cool. 😉

Ce pêcheur a l’air d’être fier de son île, et il est vraiment content que de jeunes voyageurs français fassent une halte à Graciosa ! Alors il tient absolument à nous montrer certaines choses sur notre chemin. Il s’arrête notamment à un phare sur la côte nord, où se trouve notamment un rocher insolite ! Vous pouvez le voir sur la photo, ce dernier se présente effectivement sous la forme d’une baleine.

Un rocher en forme de baleine sur l'île de Graciosa.
Le fameux rocher baleine de Graciosa.

Arrivés à Santa Cruz, nous partons nous requinquer dans un petit snack bar familial. La femme fait la caisse, l’enfant (décidément pas très content de devoir travailler ici) le service et le père est en cuisine. Une fois de plus je me délecte d’une bonne francesinha, un sandwich typique de Porto, mais qui est devenu très populaire au Portugal. Ce plat, ressemblant à un croque-monsieur, est composé de saucisse, de jambon, et d’un steak de bœuf. Le tout est recouvert de fromage et garni d’une sauce à base de tomates, de bière et de piment. Servez le tout chaud, et vous ne bougerez plus de la journée. 😉

Nous faisons maintenant route vers la caldeira. L’autostop nous réussit toujours aussi bien, une jeune Açoréenne nous déposant au point de départ de la randonnée. Nous montons sur les hauteurs de la caldeira, d’où nous profitons d’un superbe point de vue sur l’intérieur de celle-ci. Mais nous n’avons pas une minute à perdre, car un lieu spectaculaire nous attend au beau milieu de la caldeira. Alors, nous redescendons et nous rentrons dans la caldeira via le tunnel.

Panorama de l'intérieur de la caldeira de Graciosa.
Panorama de l’intérieur de la caldeira de Graciosa.
Le tunnel pour facilement entrer à l'intérieur de la caldeira.
Le tunnel pour facilement entrer à l’intérieur de la caldeira.
Ce panneau est beaucoup trop grand.
Ne soyez pas pressé sur la route de la caldeira.

Vous vous souvenez, la caldeira est le résultat d’une éruption volcanique. Qui dit éruption, dit chambres magmatiques qui se vident, et qui s’effondrent. Mais dans de très rares cas, il s’avère que certaines chambres magmatiques résistent ! C’est le cas à Graciosa, où nous visitons donc cette ancienne cavité offrant un dôme de près de 200 mètres de diamètre. Vous imaginez un dôme naturel de roche de 200 mètres de diamètre au-dessus de votre tête ? Oui, c’est juste bluffant ! (L’endroit est sombre et pas photogénique du tout. Rendez-vous sur Google pour apercevoir quelques clichés de professionnels !)

En sortant de cet endroit spectaculaire, quelqu’un m’appelle. Gina nous propose de se retrouver au restaurant de la ville avec toute sa famille ! Une fois de plus, nous n’avons pas une minute à perdre ! Nous faisons de notre mieux pour rentrer au plus vite à la maison, et voilà que Gina nous attend devant la porte ! Allez, en route.

Des vaches nous bloquent la route à Graciosa.
Pas une seconde à perdre, n’est-ce pas ! Ce sont les seuls bouchons possibles à Graciosa. (Rassurez-vous, ces vaches ne se baladent pas seules, mais sont encadrées par la voiture en bleue).

Nous passons un super moment à discuter avec toute la famille, les fils, les filles, les cousins, les cousines etc… Le repas fini, Gina et son mari nous ramènent à la maison. Mais… Je me rends compte qu’on n’est pas sur la bonne route… Ils finissent par s’arrêter quelque part, je ne sais où. Nous les suivons, nous rentrons dans une maison, et ils nous disent : « Voici notre maison secondaire ! Nous la prêtons à nos amis quand ils viennent nous rendre visite, alors la prochaine fois que vous viendrez, vous aurez le droit d’occuper les lieux ! ». Invraisemblable. Les Açoréens ont vraiment un cœur immense…

[+ Une demi-journée – Graciosa vers São Jorge – Açores 2018]

Ce magnifique séjour à Graciosa, encore riche en rencontres, se termine aujourd’hui. Beaucoup de voyageurs nous auraient dit : « N’allez pas à Graciosa, c’est tout petit, il n’y a personne, vous allez vous ennuyer ! ». Et il est vrai que nous appréhendions aussi notre séjour ici. Mais il n’y a rien à redire, ce fut vraiment un séjour merveilleux !

Nous passons nos dernières heures chez João Carlos et nous sommes tristes de le quitter… Francesco, le fils de Gina, que l’on a rencontré au restaurant hier, vient nous chercher pour nous ramener au port de Graciosa. 😉

Le bateau a décidément du retard. Nous en profitons donc pour passer à la boutique de gâteaux typiques de Graciosa : Queijadas da Graciosa. Une petite dégustation, un achat, et nous partons enfin. Direction São Jorge !

Contrairement au bateau que nous avons pris pour arriver à Graciosa, celui d’aujourd’hui est un véritable paquebot conçu pour les océans ! Il est plus lent, mais au moins il est stable et le voyage se déroule paisiblement.

Lisez la suite, avec São Jorge en 5 jours.

Paquebot amarré au port de Graciosa..
Départ de Graciosa avec l’Aqua Jewel ! (Oui ce bateau aussi a été prêté à une société Grecque)
Açores : Graciosa en 3 jours, notre voyage raconté jour par jour (2/6)
1 (20%) 1 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *